Un artefact vous a choisi, vous avez fait le pacte, il vous a donc confié ses pouvoirs. Mais vous n'êtes pas le seul, la bataille contre les autres débute.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le restaurant de la logique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enjolras Equiem
Admin
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 28/04/2015
Age : 34
Localisation : Moscaw

MessageSujet: Le restaurant de la logique   Sam 27 Juin - 11:25

Le restaurant choisit par Enjolras fut le : ‘’omelette du fromage’’. Un restaurant gastronomique français, même si c’était des américains qui étaient propriétaire. Pourtant rien n’avait à voir dans la décoration avec la France. En effet il était dans le pur esprit futuriste. Les murs étaient en gris chromé, la lumière venait de grande baie vitrées, et de fentes lumineuses disposée tel des circuits informatiques sur les dits murs.

Enjolras avait été en France durant la guerre mais n’avait jamais vraiment prit le temps de visiter le pays. De toute façon la désormais province européenne de France, ne l’avait jamais beaucoup attirée. Surement l’idée reçue comme quoi ils sont prétentieux et qu’ils ne se lavent pas.

Enfin là n’était pas la question. Il arrivait devant le restaurant, a pied, heureusement qu’ils n’étaient pas loin de la préfecture.

La bâtisse était sur deux étages et semblait à la pointe de la technologie. La façade était décorée de plusieurs hologrammes défilants en bleu et en vert.

Ils avaient pus faire le trajet a pied, lui Emerias, et Gabriel… Certes le dernier faisait totalement tache dans le groupe, mais là le grand sénateur était toujours en fonction. Et donc le protocole relatif a la sécurité du dirigeant et de la stabilité politique, imposait une sécurité minimale pour Enjolras.

D’ailleurs Enjolras, il était habillé d’une chemise blanche et d’un pantalon sombre. Il portait par-dessus un long manteau noir profond, sur son pectoral droit était attachée une petite broche avec le drapeau d’Esthesia.

Enjolras ouvrit de lui-même la porte d’entrée du restaurant avant de se faire remarquer par l’employé chargé de l’accueil. C’était un homme, à peu près 50 ans dans l’âge, plutôt petit et grassouillet avec de ridiculement petites lunettes sur le nez.

-Vous avez réservé ? demanda le petit homme à lunette avec un sourire forcé.

-Votre salle VIP est pleine ? Répondit avec un sourire franc le politicien.

L’homme grassouillet plissa alors les yeux tentant de reconnaitre l’homme en face de lui. Sa posture pour le moins peu gracieuse fit agrandir le sourire d’Enjolras qui se retenait de rire.

-Et bien non elle n’est pas pleine…

-Alors je prendrais une tale pour trois. Enjolras sortit alors de la poche arrière de son portefeuille, il en sortit une coupure raisonnable et la donna au petit homme.

Puis Enjolras eu une illumination. Il cherchait dans sa tête qui il pouvait envoyer pour espionner la papesse, et ce dernier était justement avec lui Emerias… L’idée était tentante. Mais avant de prendre une décision il devait en parler avec le principal intéressé, le secrétaire général aux nations unies. Bon il devait se calmer ici mais la c’était le bon moment il avait Emerias, le sénateur était a quelques minutes de là…

La sécurité d’esthesia, où une soirée avec son amant… Dur. Que choisir ?

Pourquoi pas lier l’utile a l’agréable… Mais oui ! Il allait inviter Tobei et concentrer les sujets de la table sur son travail et allait faire des sous entendus et chauffer Emerias avec !
Oui ! Superbe idée ! Excellente idée !

-Je suis un génie. Murmura Enjolras a lui-même avec un grand sourire en pensant a se qu’il se passerait le soir même si il chauffait bien. Je voudrais plutôt une table pour quatre, nous attendons quelqu’un.

Il sortit alors son téléphone portable pour envoyer un message à Tobei l’invitant au restaurant.

‘’Je m’excuse pour ce que j ai dit cet après midi. Je vous invite au restaurant omelette du fromage. 422 rue Edgar Allan Poe.’’

Bien sur qu’il n’était pas repentant de son action, mais bon il faut savoir brosser dans le sens du poil.
Le petit homme prit alors le billet et conduisit le groupe vers l’ascenseur, de là quand tout le monde arriva la cabine s’éleva vers le toit du bâtiment pour arriva sur une terrasse. De là on pouvait voir plusieurs tables et avec des personnes relativement aisées sur elles. L’employé du restaurant leurs indiqua une table et les invita à s’assoir.

-Je vais chercher les menus messieurs…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Okland
Admin
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 28/04/2015
Age : 24
Localisation : Esthesia

MessageSujet: Re: Le restaurant de la logique   Sam 27 Juin - 13:20

Pour une première journée de boulot, ç'avait été plutôt mouvementé. L'arrivée du secrétaire aux Nations Unies avait bien bouleversé le déroulement de l'entretien. Par chance, Gabriel avait pu signer son contrat à temps, car juste après, Enjolras entra dans une colère noire. Mais il s'en alla si vite que Gabriel ne put même pas agir. Ce dernier nota dans un coin de sa tête ''Quand Tobei Okada est là, rester aux aguets et être prêt à foutre une bègne au boss dans la seconde où il ouvre la bouche''. La suite fut tout aussi bizarre qu'amusante : un type habillé n'importe comment arriva, parla avec un Enjolras fou furieux qui était alors prêt à brûler le monde, et parvint à calmer ce dernier instantanément. ''Va falloir que je prenne des cours avec ce type …''

La suite de la journée fut plutôt tranquille. Enjolras s'était calmé, Gabriel avait prit possession de son nouvel appartement, et il avait été convié à ''assurer la sécurité du Sénateur durant le dîner de ce soir''. Bon, il allait falloir s'habiller un tantinet classe. Le problème, c'est que les smoking pingouins, c'était pas trop le style de l'Irlandais. Mais il avait une veste assez sobre et élégante, des chemises, et surtout son flingue … Il décida donc d'enfiler sa tenue qui sans doute ferait tâche dans le restaurant, mais peu importe. Son boulot, c'était pas d'avoir l'air stylé, c'est d'assurer la protection du Sénateur, rien de plus.

Le soir venu, Gabriel se rendit donc devant la porte des appartements d'Enjolras et attendit ce dernier pour l'escorté. Quand la porte s'ouvrit, il était accompagné de l'autre qui s'était déguisé n'importe comment plus tôt dans la journée, et fit signe à Gabriel de le suivre. Ils ne marchèrent pas longtemps, le restaurant choisit par Enjolras se trouvant à quelques pas du Palais. Une fois là bas, Enjolras réserva une table pour quatre personnes. Gabriel n'avait pas trop fait attention à l'échange avec le réceptionniste, trop occupé à scruter partout à la recherche d'un potentiel danger. Mais tout se passa bien. Pour l'heure, ils étaient hors de danger.

Le petit cortège suivit donc le réceptionniste qui les mena à l'ascenseur, et quand les portes s'ouvrirent, ils débarquèrent dans une salle somptueuse, du moins pour les standards des gérants. L'aspect très moderne et parfois même futuriste du lieu ne plaisait pas beaucoup Gabriel, qui préférait les ambiances plus anciennes et authentiques. Mais il n'était pas là pour exprimer sont point de vue sur l'endroit, il était là pour faire son boulot. Enjolras se mit assis à la table, et Gabriel se mit à sa droite, ayant la main prête à dégaîner son arme si le besoin s'en faisait ressentir.

Dieu que c'était cliché, ce garde du corps toujours sur le qui-vive, mais Gabriel préférait être sur ses gardes, car comme le disait l'adage populaire, on est jamais trop prudent. Peu de temps après, Tobei Okada, l'homme qui les avait interrompu plus tôt dans la journée, arriva, mais contrairement à ce qui avait été prévu et à en juger par la mine déconfite du Sénateur – qui ne manqua pas d'arracher un sourire à Gabriel qui se retint néanmoins de rire – il était accompagné d'une jeune fille, très ravissante au teint pâle comme la blancheur de ses cheveux, et dont les yeux rouges ressortaient comme deux rubis sur son visage. Gabriel se leva alors pour saluer les deux nouveaux arrivants.

''Monsieur Okada, nous ne nous sommes pas rencontré dans des circonstances très favorables ce matin. Je me présente, Gabriel Okland, garde du corps de Mr le Sénateur Enjolras. Enchanté.'' Gabriel serra la main de Tobei, puis se tourna vers la jeune femme. ''Et qui est donc cette charmante jeune femme ?'' Apprenant qu'il s'agissait de la fille de Tobei, il se pencha et lui fit un baise main. ''Enchanté, mademoiselle Okada.''

Gabriel avait fait les présentations. Il était garde du corps, certes, mais pas non plus un gorille sans cervelle ou éducation. Maintenant, ne restait plus qu'à observer la réaction d'Enjolras, dont la mine déconfite arrachait encore un sourire à l'Irlandais. Ce repas promettait d'être intéressant, en fin de compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emerias Cloud

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 22/06/2015

MessageSujet: Re: Le restaurant de la logique   Sam 27 Juin - 18:34

Emerias, qui pensais passer un bon moment en tête à tête avec son amant dans les minutes qui suivaient, fut bien déçu quand il se rendit compte qu'on était encore le matin et qu'il devait assurer un cours dans les dix minutes. Il dut donc courir jusqu'au métro sans dire au revoir à son homme aux cheveux bleus, descendre dans les profondeurs à toute vitesse, prendre le premier métro qu'il put et ressortir vite pour ne pas être en retard. et il apparut qu'il était arrivé avec trois minutes d'avances. un exploit que seul le métro à la pointe de la technologie d'Esthésia pouvait réaliser.
"même le métro de Paris n'aurait pu me faire arriver à l'heure." pensa-t-il.
Il avait en effet eu de nombreuses occasion pendant sa jeunesse de prendre le métro: à Edimbourg, à Londres, à Paris et aussi en Amérique, notamment lors de ses voyages pour les conférences qu'il avait faites. Il donna donc ses cours, le ventre grondant, boudant le temps pour n'avoir pas correspondu à ses désirs.
"T'façons l'heure elle change tout le temps ici!" déclara-t-il entre deux phrases sur le rôle du pétrole dans l'économie mondiale des années 2000. cela provoqua une grande vague de Poker Faces en face de lui.
"décidément il pleut des poker faces aujourd'hui,  marmona-t-il. Pour la peine, y f'ra pas beau demain. merde, j'ai pas assez de portée. pour la peine j'espère qu'y f'ra pas beau demain."
voyant que ses élèves l'attendaient il continua son cours comme si de rien n'était, maudissant le temps lunatique sur l'Île, aussi bien météorologique que temporel.

la fin de la journée passa donc lentement pour le pauvre professeur qui tenta de se distraire pas tous les moyens possibles, en racontant sa vie par exemple, jusqu'à la fin de la journée.
Lorsque celle-ci pointa le bout de son nez, le géographe fut ravi d'aller rejoindre son Double-face à lui, surnom qui ne faisait pas vraiment de sens mais qu'il aimait bien, pour enfin aller dîner.

Encore une fois il s'attendait à un dîner en tête-à-tête et fut un peu déçu de voir que les accompagneraient l'homme qu'il ne connaissait alors que par le surnom qu'il lui avait attribué: le rouquin. Il y était un peu habitué, certes, mais à la mort du dernier garde du corps d'Enjorlas il espérais profiter longtemps de la liberté que ce vide leur offrait.
Il ne broncha cependant pas, supportant aisément le secret de sa relation, et suivit le sénateur jusque dans un restaurant de luxe au style futuriste très appréciable. Il s'était malheureusement habillé en costume du XIXe siècle d'un style légèrement steampunk, ne sachant pas où ils iraient. C'était après réflexion un très mauvais choix car peu de styles architecturaux se mariaient avec ces vêtements, mais il ne s'en souciait guère au moment de ce choix, bien qu'il le regrettât arrivé au lieu-dit.

Il fut encore une fois légèrement déçu d'apprendre qu'ils auraient un invité après avoir demandé une table pour trois, mais après cette journée, Il se contenterais de manger, de boire, puis d'aller dormir. le lendemain, ses élèves regretteraient d'être nés.
Le pauvre infortuné s'assit donc par habitude en face de son amant, prêt à stimuler l'inspiration de ce dernier afin d'obtenir  tout le réconfort qu'il méritait en ce jour si méchant avec lui. c'est alors qu'arriva l'invité: Tobias. Notre homme à l'oeuil vif n'appréciait pas particulièrement cet homme, même si son apparition impliquait toujours du mouvement politique, et l'expérimenté acteur aimait ça. L'amant désabusé sut qu'il devrait lui céder sa place, ce qui l'énerva encore davantage. Il s'aperçut alors qu'il leur faudrait en plus changer de table à cause d'une jeune femme blanche comme la neige avec un bras en moins, ou une prothèse en plus selon le point de vue. Pour couronner le tout, L'homme exténué était le seul de la tablée à ne rien encore savoir de l'arrivée imminente de la papesse. Décidément, les astres s'acharnaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angie Okada

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 24/06/2015

MessageSujet: Re: Le restaurant de la logique   Lun 29 Juin - 11:16

Après un moment, après avoir trouvée de quoi mettre, la demoiselle suivit son père, ils devaient aller à un restaurant français. Sa tenue vestimentaire sur l'instant était très classe, une robe noir assez longue, pour les chaussures, malgré qu'elle n'aime pas les talons, elle dû en mettre. Pour ses cheveux elle les avaient attachés, en une queue. En effet elle était juste magnifique sur le coup, elle devait bien le paraître ainsi non ? Une rencontre avec un sénateur, mieux valait ne pas être vêtu comme un sac. Cela avait été la pensée de la demoiselle sur l'instant. Allant prendre le chemin avec son père, ils arrivèrent à la voiture, montant dedans, Tobei donna l'ordre au chauffeur de les amener au restaurant, il fallut peu de temps de route pour y arriver. Le long du trajet Angie n'avait fait que regarder un peu l'architecture de la ville, car effectivement un mal de crâne énorme la destabilisa, ce qui avait sûrement du arracher un sourire moqueur à son père, par chance elle put prendre une aspirine, tout ce qu'elle espéra ce fut que son père ne dise rien et que personne ne le remarque.

La voiture vint alors à s'arrêter, le chauffeur vint à ouvrir la portière pour Angie qui descendit, son père vint la rejoindre assez vite. Ils pénétrèrent dans le restaurant, un homme qui sembla être le gérant vint à les accueillir et à les amener assez rapidement à la table du sénateur. Hors vu qu'Angie de base n'étaient pas prévue, il manqua juste une place. Dans le fond cela la gêna, mais elle n'en disait rien, son père avait sans doute dû le voir, allait-il en rire discrètement ? Peut être. Alors qu'elle chercha discrètement du regard à savoir qui était qui, un homme se leva, il était roux. En apprenant qu'elle était la fille de Tobei, il vint lui faire un baise main. C'était assez troublant. Angie n'en avait pas l'habitude de ce genre de pratique, qu'elle ne savait pas comment réagir dans le fond.

Bien qu'elle ne soit pas vraiment timide, elle n'aimait pas le fait qu'elle ne sache pas vraiment qui est qui, bon... Le garde du corps c'était présenté, et sembla présenter le reste de l'assemblée, chose qu'elle écouta attentivement pour éviter de faire la moindre erreur, puis... Après un instant elle tourna son regard vers son père, elle ne disait rien, se sentant complètement paumée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enjolras Equiem
Admin
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 28/04/2015
Age : 34
Localisation : Moscaw

MessageSujet: Re: Le restaurant de la logique   Lun 29 Juin - 16:45

Bien… De toute évidence le destin s’amusait à danser sur lui de tout son humour macabre. Enfin c’était une jeune fille pas un terroriste, il n’y avait pas de raison pour exploser. Même si Enjolras n’aimait les enfants, ce qui l’énervait le plus était de toute évidence le fait qu’il ne l’avait pas invité à cette soirée. Et ca sa se voyait sur sa face ! Son regard brulait d’énervement, et si Angie était en face de lui elle serait déjà en train de bruler sur place.

Il se leva et demanda le rajout d’une chaise et d’un couvert à la table.

- Asseyez-vous à notre table, nous n’avons pas encore commandé. Dit le politicien a Tobei et Angie, ensuite il se tourna vers son garde du corps, Gabriel arrête de faire le pitre et assis toi de suite.

Faire un baisemain à une adolescente … voilà qui est franchement immature. Nous sommes au XXIème siècle, cette acte est franchement démodé et plus ridicule qu’autre chose. Tout se qu’il pourrait gagner c’est gêner cette pauvre petite.

De plus se n’est pas a lui de se présenter, en temps qu’employé il était contre le protocole de faire ainsi. Pas qu’Enjolras soit un grand amoureux du protocole, mais en politique ne pas froisser les gens est d’une importance principale, et en plus il avait besoin de râler.

-Enfin bref, je suis le grand sénateur d’Esthesia Enjolras Equiem, mademoiselle, et je vous présente Emerias Cloud, un éminent professeur de géographie. Il me conseille souvent dans mes actions et il a mon entière confiance, et même plus… Bien plus. Evidement il avait murmuré la dernière partie.

Apres avoir présenté son compagnon Enjolras s’assit a la table, alors qu’un serveur disposait les différents menus sur la table.

-Donc votre fille est en voyage dans mon superbe pays… Dit l’homme aux cheveux bleus en ouvrant le menu et en observant les différents plats. L’ensemble des propositions du restaurant étaient tentantes, mais l’évidence même force Enjolras à choisir un dessert, un plat principal, et une entrée… Mais dans l’autre sens.

Le serveur fini par revenir pour prendre les commandes, Enjolras prit une assiette de crudité en entrée ; puis un Gratin dauphinois avec un tartare de bœuf ; et enfin pour le dessert une tarte tatin. Il se permit ensuite de commander le vin en tant que hôte de la soirée… Il choisit un clos-Saint-Denis, grâce à ses légères compétences en œnologie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobei Okada

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 30/05/2015

MessageSujet: Re: Le restaurant de la logique   Ven 3 Juil - 1:46

Décidément, la vie du Secrétaire aux Nations Unies était pleines de surprises. Il fallait dire qu'il n'était pas non plus gâté par les aléas de la vie. Il avait eu une fille non désirée, ce qui malgré son amour inconditionnel pour elle, avait grandement perturbé tous ses projets sur le longs, le forçant à tout repenser, tel un mathématicien calculant de nombreuses équations et incluant des tonnes de variables à un problème qui paraissait toujours plus insoluble au fur et à mesure qu'il tentait de le résoudre.

Tobei était vraiment à bout, et il avait l'impression que la soirée qui se profilait devant lui n'allait pas l'épargner. Il mourait d'envie de s'écrouler dans un bon lit douillet, de fermer les yeux et de se laisser aller à toute sorte de rêverie que ce soit, oubliant ainsi l'espace d'une nuit tous ses soucis, et profitant d'un sommeil réparateur qu'il estimait avoir amplement mérité. Mais pour l'heure, il avait reçu une invitation quasi-officielle d'Enjolras, et même si l'invitation n'était pas réellement officielle, un refus de la part du secrétaire serait tellement mal prise par Enjolras qu'il serait sans nul doute capable d'en faire tout un scandale dans les journaux people locaux, et l'affaire ne manquerait pas de s'étendre au-delà des frontières de l'île et de venir lui pourrir davantage la vie qu'elle ne l'était déjà. Bref : il devait aller à cette soirée et ça l'exaspérait énormément.

Si on exceptait le fait de devoir passer une soirée avec Enjolras et de longues et éprouvantes discussions en perspectives, l'autre élément qui l'accaparait était sa fille. Angie en faisait toujours à sa tête, et parfois cela avait le don d'exaspérer Tobei. Elle n'était pas censée être là, aussi cela avait plutôt fait tiquer le secrétaire. Cependant, la perspective de la voir malgré ses obligations lui apporta un peu de baume au coeur. Lorsqu'il reçut le message d'Enjolras, il aurait pu le prévenir que sa fille serait présente à la soirée, mais vu le comportement de ce dernier plus tôt dans la journée, Tobei décida de lui faire une petite surprise.

Il alla enfiler une tenue de soirée sobre mais efficace, n'étant pas trop d'humeur à s'habiller et pavaner en grande pompes. Il se contenta donc d'un simple smoking blanc du plus bel effet, d'une chemise noire sertie d'une cravate rouge élégante pour ressortir dans l'ensemble tricolore, et attendit que sa fille soit prête, lui ayant fait venir une garde robe complète des meilleurs tailleurs de l'île en jouant de ses relations et de son statut. Quand cette dernière fut prête et sortit enfin de la salle de bain, Tobei fut à la fois ébahit et ému. Angie était vêtue d'une longue robe noire serrée. Simple, sobre, mais élégante. Ses beaux cheveux blancs comme la neige avaient été noués en une queue de cheval qui dégageait son visage aux traits fins et délicats, mettant encore plus en valeur ses yeux d'un rouge si intense qu'on aurait dit deux rubis étincelants. Sa fille était tout bonnement ravissante, et s'il oubliait les couleurs si particulières de ses cheveux et de ses yeux, Tobei avait l'impression de voir la mère de son enfant.

''Angie, tu es le portrait craché de ta mère. Tu es ravissante.''

Tobei lui tendit le bras et ensemble, ils prirent la direction du taxi qui devait les emmener au restaurant. ''L'omelette du fromage'', un restaurant français selon ce qu'il savait. Tenu par des américains … Tobei s'attendait à tout, à la meilleure des surprises comme à la pire des décevante réalité, car du peu qu'il en savait sur les américains, ils étaient trop nombrilistes pour s'intéresser au reste du monde. Il avait bien conscient qu'il s'agissait là d'un énorme cliché, mais ce cliché il l'avait si souvent vu de ses yeux qu'il avait du mal à ne pas y croire.

La route fut courte, le restaurant n'étant pas très loin. Il glissa au chauffeur un petit billet supplémentaire pour lui demander d'aller chercher les affaires qu'Angie avait laissées à l'appartement et les ramener au secrétariat du Sénateur, pour qu'il puisse ensuite lui trouver une chambre dans le palais sénatorial. Puis il prit le bras de sa fille et ensemble ils allèrent vers l'accueil, où ils furent rapidement redirigés vers la table d'Enjolras.

Quand ils arrivèrent, Tobei ne put réprimer un léger sourire de satisfaction à la mine complètement déconfite d'Enjolras qui découvrait la surprise de la présence d'Angelin Okada à la soirée. Mais avant qu'il ne puisse dire quoique ce soit, le nouvel employé du sénateur se leva et les salua. Il se présenta avec une extrême courtoisie à Tobei, puis fit un baise main à Angie, ce qui la mit très mal à l'aise. Il était bien éduqué, pour un ex taulard devenu filc puis garde du corps. Un peu trop vieux jeu, surtout pour le baise main, mais bien éduqué. La réaction d'Enjolras fit davantage sourire Tobei, qui sentait que cette soirée s'annonçait des plus intéressantes, après mûres réflexions. Ils prirent ensuite tous place et le serveur vint prendre leurs commandes. Enjolras fut le premier à choisir son menu, et Tobei suivit, avec Angie.

''Pour moi, ce sera une salade de crudité en entrée, puis un bœuf bourguignon avec de la sauce aux noix. Pour la boisson, je vais suivre le choix de Mr Equiem, j'ai amplement confiance en ses qualités d’œnologue. Et toi, Angie, que prendras-tu ?''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le restaurant de la logique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le restaurant de la logique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Restaurant Japonais près de chez vous
» WDW Enfants interdits au restaurant Victoria & Albert’s
» Grand Restaurant
» Moyen de paiement pour restaurant
» Luigi Gatti [ gérant du restaurant à la carte ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le cercle :: Esthesia :: Cœur :: Commerces, lieux de travail-
Sauter vers: